La conserve vivante ou comment faire vos légumes lactofermentés

Comment faire ses légumes lactofermentés ou comment entretenir sa flore intestinale tout en améliorant certaines qualités nutritives des aliments sans stérilisation.

Cette technique n’est pas compatible avec les personnes en restriction de sodium (régime sans sel) ou les personnes souffrant de candidose chronique (avant une prise en charge efficace de leur dysbiose).

Tout d’abord choisissez des végétaux non féculents (comme la pommes de terre, les haricots, les pois, les lentilles, les céréales, les bananes…) et contenant peu de sucres rapides et de préférence du jardin ou bio ou sinon issus d’une agriculture raisonnée : radis, poireaux, choux ou encore citron qui se prête bien à cette technique, mais il y en a bien d’autres encore…

Coupez en petits morceaux ou râpez les légumes que vous pourrez mélanger entre eux également (phase importante), ajoutez des herbes aromatiques ou des baies à votre convenance, placez-les ensuite dans un bocal de conservation avec un joint d’étanchéité et tassez bien vos légumes, gardez une marge de 2 cm jusqu’au bord du bocal afin d’éviter un débordement par la suite.

Illustration : préparation d’une choucroute.

Ensuite déterminer si on ne rajoute que du sel de mer sans additifs ou s’il faut y mettre une saumure d’eau salée : les légumes riches en jus (chou, concombre… vous le verrez au moment de la découpe) n’ont besoin que de sel, les autres (radis, carottes, poireau…) devront être recouverts de saumure.

– Le sel : mettez 1% de la masse de légumes en sel : pour 1kg de légumes, mettez 10g de sel de mer. Mélangez bien le sel et les légumes avec une cuillère en bois si besoin.

– La saumure : utilisez de l’eau la plus pure possible et dynamisée, sinon au-moins déchlorée, à température ambiante et ajoutez 35g de sel de mer pour 1L d’eau. Remuez avec une cuillère non métallique jusqu’à dissolution complète du sel, puis versez sur les légumes.

Refermez votre bocal et laissez fermenter 4 à 6 semaines minimum sans ouvrir (il peut se conserver 1 an au-moins, petit conseil : mettez une étiquette). Si vous craignez un débordement, vous pouvez placer une assiette sous la conserve.

Consommez de préférence cru, au long de l’année ou lors des saisons charnières : automne et printemps. Bon appétit !

 

lactofermentation, Yann Germiot Naturopathe Iridologue Finistere